04/06/2004

Des nouvelles de Ju. Elle sera à Rosmalen...


Malgré la désillusion de Roland Garros, Justine est toujours pour moi la meilleure alors voici quelques nouvelles venant de son site officiel, www.henin-hardenne.be
 
Justine rebondit toujours
Le tennis est un sport exigeant. A force de travail et d'efforts, Justine a déjà atteint les sommets, elle a réalisé ses rêves et désire en réaliser d'autres. Gagner, c'est ce qu'elle préfère, comme toute autre joueuse de tennis. Et quand c'est la défaite qui est au rendez-vous, la déception se fait toujours sentir. Mais il y a des défaites qui font mal...

Justine a connu des victoires formidables dans sa toute jeune carrière. Roland Garros 2003 reste à ce jour son plus beau titre, confiait-elle encore il y a quelques semaines dans la rubrique
Questions-Réponses.

Logique donc que la déception ait été au rendez-vous ce mercredi à la Porte d'Auteuil lorsqu'elle a dû plier bagages. Elle y était venue pour s'amuser, pour prendre du plaisir sur le court. Le plaisir fut de courte durée. Il se transformera petit à petit en un cauchemar. Incapable d'élever le niveau de son jeu, tendue, en cruel manque de confiance, c'est ainsi qu'elle a perdu.

Une défaite, même si elle représente toujours une déception, n'est pas si difficile à digérer, c'est le tennis, un gagnant, un perdant. Mais lorsque la tête basse Justine quitte le court en sachant pertinement qu'elle n'a pas bien joué, la défaite fait mal, très mal...


Ces défaites qui font mal, Justine en a vécu d'autres. Ces défaites qui font mal l'ont toujours fait rebondir...

Roland Garros 2001, demi-finale face à Kim Clijsters: Justine mène 6-2 4-1, la tension est forte, pour la première fois de sa carrière, elle est tout près de sa première accession en finale d'un Grand Chelem... mais le match lui file hors de la raquette... Un manque d'expérience peut-être. Quoi qu'il en soit, quatre semaines plus tard, sur le central de Wimbledon, Justine bat Jennifer Capriati en demi-finale (une des grandes favorites du tournoi) et atteint ainsi sa première finale en Grand Chelem, elle s'inclinera alors en trois sets face à Venus Williams.

Roland Garros 2002, premier tour: Justine est citée parmi les favorites, victime d'une vilaine bronchite, elle perd dès le premier tour. A Wimbledon, elle parvient néanmoins en demi-finale, en battant pour la première fois de sa carrière Monica Seles. En demi, elle s'incline face à Venus.

Anvers 2003, demi-finale: chez elles, Justine et Kim s'affrontent. Sous pression, l'actuelle numéro 1 mondiale est loin de développer son meilleur tennis. Elle s'incline en deux sets 2-6 6-7. Elle avoue que cette défaite lui a fait très mal.
Elle se rend alors à Dubaï, est à deux doigts de perdre son premier match face à Anca Barna, mais s’en sort bien. En demi-finale, elle livre face à Jennifier Capriati un match fabuleux et s'impose en trois sets. Le lendemain, elle sauve une balle de match face à Seles avant de remporter le titre, son premier en 2003, mais certainement pas le dernier. Tout le monde connaît le parcours exceptionnel qui l'attend. Victoire à Charleston face à Serena, victoire à Berlin face à Kim, victoire à Roland Garros.

A Wimbledon, elle atteint une nouvelle fois la demi-finale. Comme à Roland Garros, c'est Serena qu'elle affronte. Justine donnera l'impression de ne pas avoir ses chances face à l'Américaine sur le gazon londonnien. Elle s'incline en deux sets 3-6 2-6. Blessée en début de tournoi, on peut considérer cela comme un excellent résultat. "Perdre, elle pouvait" dira Carlos, "mais de cette manière, non" . Dans son journal, Justine avouera la même chose, tout en restant positive: "Mon seul petit regret est de n'avoir pas pu m'exprimer à cent pour cent contre Serena Williams."

Le reste de la saison 2003 fut à nouveau formidable. Elle prit le dessus sur Kim à San Diego, première victoire sur surface dure face à sa compatriote, avant de livrer un US OPEN 2003 qui restera dans les mémoires : un match exceptionnel face à Capriati en demi-finale, puis une deuxième victoire en Grand Chelem à nouveau face à Kim.

Ces défaites qui font mal sont des expériences qui aideront Justine à surmonter de nombreuses autres situations difficiles. Le tennis, c’est sa passion, à 200%, nul doute qu’elle parviendra tout prochainement à atteindre d’autres sommets, à vibrer et à faire vibrer ses plus fidèles supporters.

Votre soutien est fabuleux, vos messages dans le livre d’or sont touchants et encourageants, terminons donc par une des phrases laissées par l’un d’entre vous dans ce recueil de pensées positives.

Abattue quelques fois, battue parfois, battante toujours! Courage, les victoires sont toujours au bout de ta raquette!
 
Place au gazon...
Eliminée prématurément de son tournoi préféré, Justine va désormais tout faire pour augmenter ses chances de réaliser un bon parcours à Wimbledon.

La saison sur herbe lui a souvent réussi. Et voyons le positif, ce petit accroc de parcours à Roland Garros va lui permettre de cotoyer le gazon pendant une plus longue période que les autres années. Elle dispose en effet de deux semaines complètes pour développer les automatismes propres à cette surface. Après quoi, elle se rendra à Rosmalen en guise de préparation. Un tournoi Tier III qui lui permettra de se remettre dans le rythme de la compétition et qui devrait pouvoir lui rendre la confiance nécessaire, quelques jours avant le début de Wimbledon.

11:36 Écrit par Nathalie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.