23/03/2004

"Plus rien ne m'est impossible!"

Elle est plus numéro un que jamais après sa victoire à Indian Wells

INDIAN WELLS Justine Henin (WTA 1) peut prendre le chemin de son camp d'entraînement de Saddlebrook avec le sentiment du devoir accompli. Dimanche, l'Ardennaise a inscrit pour la première fois son nom au palmarès du prestigieux tournoi d'Indian Wells. En finale, elle a battu Lindsay Davenport (WTA 4) 6-1, 6-4 pour s'adjuger son quatrième titre de la saison et le dix- huitième de sa jeune carrière, laissant virtuellement un désert derrière elle au faîte de la hiérarchie mondiale. Entretien.

Justine, qu'est-ce que cela représente d'avoir remporté un tournoi comme celui d'Indian Wells?

«Beaucoup de choses. (Sourire.) Je n'avais jamais bien joué ici et j'étais très enthousiaste à l'idée de voir ce que cela allait donner cette année-ci. J'ai beaucoup changé. Je suis devenue une meilleure joueuse, une meil- leure personne également. Par le passé, je me mettais énormément de pression lorsque j'arrivais dans un tournoi qui ne m'avait pas réussi. Ici, j'ai pris les événements match par match sans tirer trop de plans sur la comète. Je suis très heureuse. Après mes victoires en Grands Chelems, celle-ci est l'une des plus belles...»

En outre, vous y avez mis la manière. Dans cette finale, vous avez donné l'impression de pouvoir faire ce que vous vouliez...

«J'ai fait tout ce je devais faire. J'ai été agressive à bon escient, je suis parvenue à bien la faire se déplacer, ce qu'elle n'aime pas du tout. En réalité, je me sentais très à l'aise sur le court. J'étais en confiance. Et puis, mon service m'a aidée lors des points importants, comme à 3-3 dans le deuxième set. Il y a eu de tout dans ce match, de bons échanges, de bons services, de bons lobs. Ce fut une belle finale...»

Vous n'avez pas perdu le moindre set de tout le tournoi. Considérez- vous avoir eu de l'opposition?

«Bien entendu. C'est la même chose à chaque match. Je trouve, de l'autre côté du filet, une joueuse désireuse de me battre. La compétition est présente chaque jour. J'ai souffert en quart de finale (NdlR: contre Svetlana Kuznetsova). Et j'ai également rencontré des difficultés dans cette finale. Je vous l'assure, ce n'est pas évident. Les résultats ne reflètent pas toujours la réalité.»

Vous venez de remporter votre quatrième titre de l'année en cinq tournois. Vous dominez le circuit de la tête et des épaules. Quelle satisfaction cela vous procure-t-il?

«Elle est énorme. Il y a deux ou trois ans, je n'imaginais pas que je pourrais atteindre le niveau des joueuses plus grandes et plus puissantes que moi. J'étais une bonne joueuse du Top 10. Il me fallait quelque chose de plus pour faire partie des toutes meil- leures et espérer un jour devenir numéro un. Avec l'aide de Carlos (NdlR: Rodriguez, son coach) et de Pat (NdlR: Etcheberry, son préparateur physique), j'ai changé d'attitude. J'ai commencé à prendre confiance en moi, tant au niveau mental que sur le plan physique. Je suis devenue une vraie battante. Je sais, au- jourd'hui, que plus rien ne m'est impossible...»

«J'ai beaucoup de chance de gagner des tournois et d'être en bonne santé»

Prenez-vous toujours autant de plaisir à gagner qu'il y a six mois. Tout cela ne devient-il pas quelque peu monotone?

«Oh non! Je réalise que j'ai beaucoup de chance de pouvoir assouvir ma passion, de gagner des tournois et d'être en bonne santé. C'est très important. Je reconnais qu'il n'est pas toujours évident de se motiver vu qu'il n'y a personne devant, mais je sais que derrière, nombre de joueuses aimeraient être à ma place. Elles veulent me battre. J'ai vraiment envie de savourer ces moments, car il m'arrive parfois d'avoir peur à l'idée de me dire que ma carrière ne sera pas éternelle et que tout ceci sera terminé dans quelques années.»

Vous avez choisi de ne pas disputer le tournoi de Miami pour vous préparer pour la saison de terre battue à Saddlebrook. Qu'allez-vous y faire exactement?

«Je vais travailler dur... (Sourire.) La préparation pour la terre battue est très différente. J'en profiterai, certes, aussi pour me reposer quelque peu. Pour rester au sommet, il est important de parvenir à bien gérer son calendrier. Ma devise est de ne jamais disputer plus de deux ou trois tournois d'affilée. C'est grâce à cette fraîcheur que j'ai gagné tant de matches sur le circuit ces derniers mois. Pierre- Yves, mon mari, vient me rejoindre, de même que la famille de Carlos. Ce sera sympa. J'adore aller me ressourcer à Saddlebrook. C'est un endroit merveilleux. De toute manière, avec Pat, les journées seront bien remplies. Je suis certaine que chaque soir, je serai à 21h30 dans mon lit...»

Serena Williams effectue son grand retour sur le circuit en Floride. Suivrez-vous son évolution?

«Je jetterai certainement un coup d'oeil. Il sera intéressant de la voir à l'oeuvre. Je suis persuadée qu'elle reviendra très forte. Je ne regrette pas de ne pas être là. Je me réjouis de fouler à nouveau la terre battue. Et puis, je sais qu'à Saddlebrook, je ne perdrai pas mon temps...»

Serge Fayat

© Les Sports 2004

source: www.dhnet.be

 


12:52 Écrit par Nathalie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.