21/03/2004

Justine donne la leçon!

Elle jouera sa finale face à Davenport aujourd'hui à 21h.
 

Elle jouera à Indian Wells sa quatrième finale de l'année

INDIAN WELLS Deux petits sets, cinquante-six minutes. Bref, il n'y a pas eu photo. Justine Henin (WTA 1) n'a laissé aucune chance, vendredi soir, en Californie, à Anastasia Myskina (WTA 5) pour se qualifier pour la première fois de sa carrière pour la finale du tournoi d'Indian Wells. Bien en jambes, précise dans ses frappes et agressive à souhait, l'Ardennaise a infligé une petite correction à la chef de file du tennis russe, s'imposant sur le score sans appel de 6-1, 6-1.

«Franchement, je n'aurais jamais imaginé que les choses se passeraient si facilement, expliqua-t-elle, le sourire aux lèvres. S'imposer 6-1, 6-1 contre Myskina est plutôt inhabituel. Elle a commis beaucoup de fautes. Probablement était-elle un petit peu fatiguée par ses matches précédents. Pour ma part, je me suis montrée très régulière. Ma victoire contre Kuznetsova m'avait procuré beaucoup de confiance. J'ai été solide du premier au dernier point...»

«Je suis une perfectionniste»

Justine Henin n'avait, jusqu'à présent, jamais très bien joué dans le désert californien. Cette année, cela dit, elle est fameusement en train de gommer cette lacune. Même si toutes les meilleures n'étaient pas présentes, la lauréate de l'Australian Open n'a pas encore perdu le moindre set. Sa victoire de vendredi constituait déjà sa vingt et unième depuis le début de l'année, seule Svetlana Kuznetsova (WTA 14) ayant réussi à la battre, il y a deux semaines, en demi-finale du tournoi de Doha.

«Je n'ai pas encore perdu un set, c'est vrai, mais il me reste encore un match à disputer. Et il s'annonce très difficile. J'ai envie de gagner ce tournoi. Je veux donner le meilleur de moi-même à chaque tournoi que je dispute. Ma motivation est de trouver mes limites et peut-être même de les dépasser. Je suis une perfectionniste. C'est sans doute la raison pour laquelle je me trouve au sommet à l'heure actuelle. Rien n'est jamais assez bien. Il y a toujours moyen de faire mieux. Il y a toujours moyen d'être meilleur. C'est la seule manière de réussir...»

L'Ardennaise n'ose d'ailleurs dire si cette demi-finale contre Anastasia Myskina tutoya la perfection. Elle estime simplement qu'elle a livré un bon match. La critique du spectacle, elle préfère la laisser à d'autres...

«Je ne sais pas si j'ai déjà disputé le match parfait, sourit-elle. Il est clair que je me suis montrée très solide ces derniers mois. De toute façon, rien n'est jamais parfait. Dans un match de tennis, il y a toujours des fautes et des points perdus. Il faut tâcher de tirer les enseignements des victoires comme des défaites, et c'est ce que j'essaye de faire.»

Entre-temps, la voilà une nouvelle fois en finale. Ce dimanche, à Indian Wells, il s'agira déjà de la vingt-huitième de sa jeune carrière et de la quatrième de sa saison, après ses triomphes à Sydney, à Melbourne et à Dubaï. Opposée à Lindsay Davenport (WTA 4), victorieuse de sa copine Nathalie Dechy (WTA 28) dans l'autre demi-finale, elle tentera de décrocher son dix-huitième titre sur le circuit.

«Ce ne sera pas évident. Elle jou- era en quelque sorte à domicile et s'est montrée très régulière cette semaine. J'ai eu l'occasion d'assister à une partie de sa demi-finale et elle a été très solide. Elle a bien servi, elle se déplaçait bien et elle frappait ses coups de fond avec beaucoup de confiance. Il me faudra livrer un match très sérieux si je veux l'emporter.»

Justine Henin partira, en tout cas, favorite contre Lindsay Davenport. Si les statistiques plaident encore en faveur de la grande Américaine, qui a remporté cinq des sept confrontations directes, c'est l'Ardennaise qui reste sur deux victoires, chaque fois glanées dans le cadre de l'Australian Open.

«Nos derniers matches ont toujours été très serrés. En Australie, cette année, elle avait commencé la partie de manière incroyable. Lorsqu'elle figure en confiance et qu'elle frappe à fond dans la balle, c'est dur. Il faut se montrer rapide et prête à renvoyer les deux ou trois premiers coups. Je vais devoir mieux servir que cette fois-ci, car j'ai frappé quelques doubles fautes, et être agressive dans mes retours. Entre-temps, je suis une nouvelle fois en finale. Et ça, c'est génial!»

Serge Fayat

© Les Sports 2004

www.dhnet.be





15:18 Écrit par Nathalie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.