14/01/2004

La RTBF reprend les droits...

Télévision

La RTBF a saisi la balle au bond
LAURENT MONBAILLU

Mis en ligne le 13/01/2004
- - - - - - - - - - - 

Doublée l'année passée par AB 3, la chaîne publique reprend la mainmise au plan de la couverture francophone des grands tournois WTA.
Son contrat porte sur les trois prochaines années.
L'offre tennistique sera, dès lors, renforcée en 2004.

 

A l'heure où Justine Henin-Hardenne et Kim Clijsters s'apprêtent à reprendre du service sur les courts australiens, la RTBF peaufine les derniers détails de sa couverture télévisuelle des principaux tournois WTA de l'année 2004, Sydney en tête. Fort du contrat récupéré au détriment d'AB 3 et tandis que RTL-TVI semble s'être fixé d'autres priorités, Michel Lecomte se félicite que l'émetteur public redevienne la référence en matière de tennis.

Programme à la carte

«J'avoue que c'était un peu dur d'avoir vu certains matches de l'année passée nous filer sous le nez, concède le responsable du service sportif. Mais cette situation résultait de ce que je qualifierais d'erreur tactique commise au moment des précédentes négociations. Je suis heureux d'avoir pu signer ce contrat racheté à Eurosport, similaire à celui de la VRT, et qui porte sur trois ans. La RTBF peut ainsi conforter son offre tennis, que nous tâcherons de mettre en valeur le mieux possible.»

Concrètement, la chaîne publique va pouvoir coller à l'actualité grâce à un lot de quinze rencontres estampillées du sceau de la WTA sans oublier le prochain tournoi d'Anvers.

«Notre choix s'effectuera à la carte si l'on peut dire, en fonction des résultats de Justine et de Kim, poursuit Michel Lecomte. L'avantage est, bien entendu, que nous nous intéresserons uniquement à ce qui concerne les Belges de près, de façon à ne rien manquer. Et le décalage horaire n'est pas un facteur essentiel puisque l'on peut dans tous les cas compter sur une rediffusion. Nous proposerons bien sûr les quatre levées du Grand Chelem, avec un effort particulier pour Roland-Garros et Wimbledon, où nos envoyés spéciaux Laurent Bruwier, Pierre Robert et Benjamin De Ceuninck réaliseront différents magazines sur les coulisses de ces tournois. Enfin, last but not least, nous diffuserons également, le Masters et la Fed Cup, deux compétitions que je tiens en haute estime.»

Un bon calcul

Un programme alléchant qui n'a pas nécessité de casser sa tirelire outre mesure, selon notre interlocuteur: «Les droits télé du tennis n'ont rien de comparable avec les prix pratiqués en football par exemple. Je préfère ne pas dévoiler les chiffres mais, dans ce cas-ci, ils étaient tout à fait dans la limite de ce que l'on pouvait accepter. Et compte tenu du nombre d'heures de diffusion, de l'intérêt d'une diffusion à la carte et de l'assurance de rentrées financières, je pense que c'est un très bon calcul. Il est évident que le tennis est un créneau porteur, qui recèle de gros enjeux pour les chaînes de télévision, et on ne pouvait rester les bras croisés.»

Quand on sait qu'à l'occasion de la finale de Roland-Garros, la RTBF a enregistré 16 points d'audience (soit 560000 téléspectateurs), son plus gros score de la saison écoulée, on se dit effectivement qu'une bonne affaire est dans le sac.

© Les Sports 2004

 

source: www.lalibre.be



11:43 Écrit par Nathalie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.